Tous pour Maisons-Laffite - A propos de Janick Géhin

A propos de Janick Géhin

Rejoignez dès maintenant le mouvement #TousPourMaisonsLaffitte

Je suis née dans le Pas-de-Calais, dans la région des mines. Ma mère était institutrice, mon père ingénieur. Ils m’ont élevée dans les valeurs de bienveillance, d’écoute et de respect des autres.

Diplômée d’Études supérieures de l’École du Louvre, je suis sortie major de ma promotion. Engagée dans le secteur associatif culturel, j’ai donné des conférences au Musée du Louvre pendant plusieurs années.

 

Sur le plan professionnel, j’ai cultivé mon goût du contact et du résultat dans mes fonctions de Commerciale pour l’industrie pharmaceutique. J’ai ensuite choisi de suspendre ma carrière pour me consacrer à ma famille puis à mon engagement associatif.

C’est en janvier 1988 que mon mari, ma fille et moi avons choisi Maisons-Laffitte pour y vivre, charmés et séduits par cette ville sereine entre Seine et forêt, par le poumon vert du Parc, par la présence des chevaux, tentés par la promesse d’un cadre de vie idéal pour élever nos enfants. Ma fille cadette y est née.

Notre belle Ville m’a donné la chance de m’impliquer profondément dans le tissu associatif sportif, et j’ai exercé les fonctions d’arbitre et de juge-arbitre de tennis, jusqu’au niveau départemental pour la Ligue de tennis des Yvelines. A la pratique de l’écoute neutre et bienveillante, j’ai allié mes qualités d’organisation pour promouvoir les valeurs du sport, notamment chez les plus jeunes.

Ma plus belle expérience de vie dans le monde associatif, je la dois à l’association Orphée. Elle organise un festival de théâtre et de danse par des troupes professionnelles de personnes handicapées. En tant que membre actif du conseil d’administration, je me suis consacrée à la gestion et à la recherche de subventions. Il y a 3 années, à ma demande, un spectacle en langues des signes a notamment été programmé à Maisons-Laffitte.

 

En 2016, j’ai créé l’association Culture en Boucles qui défend la culture sur le territoire de notre intercommunalité, la Communauté d’agglomération Saint-Germain Boucles de Seine (CASGBS). Grâce à ce rapprochement des élus, l’association fait la promotion du travail commun entre les Villes. J’en ai été Présidente pendant un an seulement, dans le respect des règles que j’avais inscrites dans les statuts. Car je crois en les vertus du renouvellement et de la transmission.

C’est cet investissement dans le monde associatif qui m’a tout naturellement menée en 2007 à l’engagement politique local. Au niveau municipal, puis intercommunal et départemental.

Dès 2008, lors de mon premier mandat en tant que Conseillère municipale, avec l’implication constante des agents municipaux du service culturel, j’ai géré toutes les expositions, créé le salon des Arts, installé les médiations culturelles en direction des différents publics notamment scolaire ; à cette occasion, j’ai instauré le partenariat avec le Ministère de l’Éducation nationale.

A partir de 2014, en tant que Maire-adjoint, j’ai consolidé et développé les partenariats avec le Château de Maisons (Centre des Monuments nationaux) et le Centre dramatique National, un partenaire naturel dans le monde du spectacle.

Toujours désireuse d’ouverture pour Maisons-Laffitte, j’ai créé des partenariats avec les villes voisines, en particulier le Mesnil-le-Roi, Marly-le-Roi et Saint-Germain, en initiant, par exemple, la célébration commune du tricentenaire de la mort de Louis XIV. Par la suite, ces relations avec les villes voisines ont continué, par exemple les conventions de programmation commune et de facturation.

Je suis fière du travail fourni et réalisé avec les professionnels du service des Affaires culturelles pour les Mansonniens.  Saison culturelle, lecture publique, actions de promotion de la langue française, opérations intergénérationnelles, médiations dans les écoles et collèges… J’ai toujours veillé à soutenir les associations, à les mettre en relation les unes avec les autres et je les ai associées à la saison culturelle à chaque fois.

Je suis à l’origine du projet du nouveau conservatoire et du théâtre, je l’ai imaginé, « contre vents et marées ». Il est désormais amorcé, mais il reste beaucoup à faire pour que les Mansonniens bénéficient d’un équipement à la hauteur de leurs besoins et de l’image de la Ville.

Le projet du Centre cuturel Lanchelevici, que j’avais entièrement monté, a été refusé pour des raisons de … « priorité budgétaire ». Je ne renonce pas, je lutterai toujours contre le manque de vision, et ce centre se fera car il est porteur d’un grand rayonnement pour Maisons-Laffitte et il rendrait un grand service aux Mansonniens (scolaires, artistes, associations et publics divers).

Enfin j’ai eu la grande joie et l’intense satisfaction de travailler avec une équipe formidable, très compétente, qui sont les professionnels du service des Affaires culturelles. Je pense que le manager doit créer les conditions de la réussite en fédérant les énergies et en faisant émerger le meilleur qui est en chacun.

Depuis 2014, je suis votre Conseillère communautaire à la CASGBS, membre de la Commission RH puis Développement économique. Je défends les intérêts des Mansonniens sur ce territoire qui présente de nombreuses opportunités pour l’avenir de notre Ville. Je n’ai pas voté le Plan Vélo car il n’intégrait pas Maisons-Laffitte.

Enfin depuis 2015, je suis votre Conseillère départementale. Ce mandat est très complémentaire d’un mandat municipal. Je suis membre de la Commission Éducation Jeunesse, Culture, Sports, et Environnement. Et je siège à la Commission d’appels d’offres et dans le jury des concours pour les grands projets.

J’œuvre sans relâche pour que Maisons-Laffitte ne soit pas isolée mais prenne sa place parmi les différentes collectivités et entretienne de bonnes relations avec ses partenaires, ce qui est la meilleure garantie pour qu’elle réussisse.